Edito du mois

Notre agriculture mérite tellement mieux

vandaeleChers amis, vous le savez, l’été ne fut pas de tout repos. En pleine sécheresse, nous avons aussi dû nous mobiliser sur l’ensemble du territoire pour dire non aux accords de libre échange Mercosur et Ceta. Les tours de passe-passe des négociateurs des traités, utilisant l’agriculture comme monnaie d’échange, ne doivent plus avoir raison d’être. Ces accords sont une vraie trahison pour les producteurs que nous sommes. Nous qui chaque jour, dans nos fermes, donnons le maximum pour répondre aux normes sanitaires, environnementales et de bien-être – toujours plus exigeantes en Europe et particulièrement en France. Nous qui chaque jour, nous levons avec l’envie de produire de la qualité, de proposer le meilleur de ce que nous avons aux consommateurs. Nous ne méritons pas ça, nos  concitoyens ne méritent pas ça. À l’heure où l’on prône les circuits courts, la montée en gamme, la réduction de l’empreinte carbone, le moins d’intrants chimiques, on serait prêts à ouvrir les vannes à des produits qui incarnent l’exact opposé ? Quel type de message imaginez-vous que cela envoie à nos filières ? « Arrêtez de faire des efforts puisque d’autres investissent nos marchés sans en faire aucun ». Voilà le message envoyé ! L’agriculture que nous représentons est un trésor inestimable, continuons de la défendre !

Samuel Vandaele,
président de Jeunes Agriculteurs


Consultez tous nos éditos