Interview du mois

Baptiste défend ses cages

baptiste imbertBaptiste Imbert est producteur de grandes cultures, ce qui ne l’empêche pas de consacrer du temps à ses deux passions : le football et le syndicalisme.

« Je joue au football depuis que j’ai six ans ! », s’exclame Baptiste Imbert, jeune exploitant installé en Gaec sur l’exploitation familiale depuis 2014, dans la commune de Montferrand (Languedoc-Roussillon). C’est donc très tôt que le jeune homme s’est pris de passion pour le football. Et dans cette affaire, son père n’est pas si étranger : « Il m’a entrainé dans le club du village pendant presque 10 ans. Je joue défenseur central, un poste que j’affectionne. Et puis, c’est un vrai plaisir que de jouer et d’échanger avec des personnes d’horizons variés. » Le football est pour lui un moyen de sortir de l’exploitation familiale, de s’aérer l’esprit, surtout lorsqu’il traverse des moments pénibles. Baptiste s’entraine trois fois par semaine et joue un match tous les week-ends : « J’essaye de me libérer du temps pour participer à tous les entraînements même si ce n’est pas toujours possible. Lorsque je m’absente, je peux compter sur l’aide de mon père qui prend le relais sur la ferme.» Depuis ses débuts, Baptiste joue avec trois amis : « Ils ne sont pas issus du milieu agricole. Ils sont devenus de fidèles amis à travers le temps grâce aux valeurs du sport. »

De l’ambition sportive. « Nous avons une équipe jeune qui joue actuellement au plus haut niveau départemental. Une position jamais atteinte auparavant. Cette année, on avait visé la montée en championnat régional, mais nous avons raté le coche. Je ne désespère pas qu’un jour, d’autres occasions se présentent. D’ailleurs, je donne rendez-vous aux autres équipes l’année prochaine ! » L’équipe, dont la moyenne d’âge avoisine les 25 ans, a quand même pu se consoler en réalisant un beau parcours en Coupe de l’Aude : « Nous avons battu plusieurs équipes, supérieures sur le papier, pour atteindre les demi-finales. Mais nous avons été défaits sans même pouvoir participer à la petite finale pour la troisième place. Très frustrant ! »

« Allez Toulouse ! » Baptiste est également supporter d’un autre club, de Ligue 1 cette fois : « J’ai toujours été un inconditionnel du Toulouse Football Club. J’ai même été abonné pendant cinq ans ! Aujourd’hui, leurs résultats difficiles font que je ne me déplace plus autant. Mais je reste tout de même un grand fan. »

Engagé. L’agriculture est l’autre passion qu’il partage avec son père : « J’ai toujours eu en tête de reprendre la ferme familiale. Nous avons une exploitation céréalière et lors de mon installation nous avons développé l’atelier semence. » Baptiste est également investi syndicalement chez JA. Administrateur national, il voyage deux fois par mois à Paris pour participer aux conseils d’administration. « Je consacre du temps pour le syndicat, je ne m’ennuie pas. C’est une expérience très enrichissante qui me permet d’échanger sur le métier d’agriculteur et de me battre pour nos intérêts. » Ces deux occupations lui donnent un certain équilibre. « Le rapport que j’entretiens avec le sport et JA me permet de rester toujours positif et de relativiser les problèmes que je peux rencontrer sur mon exploitation. »


Consultez toutes nos interviews