Distribution des produits agricoles

Distribution 2

Pour Jeunes Agriculteurs, il est primordial de s’impliquer collectivement dans la distribution des produits agricoles pour assurer un meilleur retour de la valeur ajoutée aux agriculteurs.

Une dégradation des liens entre producteurs et distributeurs

La grande distribution est un acteur majoritaire de la distribution des produits agricoles et alimentaires auprès des consommateurs. Depuis une cinquantaine d’années, les enseignes de la grande distribution se sont progressivement étendues et imposées en tant que leader de la distribution des produits alimentaires sur le territoire français. Cependant, elles sont de plus en plus contestées en raison de leurs pratiques d’achat fondées exclusivement sur les prix bas, au détriment des producteurs français. La répartition des marges au sein de la filière est un sujet récurrent de débat et de discorde : les maillons agricoles et agroalimentaires ont souvent du mal à sécuriser leurs revenus en raison d’un manque de retour de la valeur ajoutée sur les exploitations.

En parallèle, pour retrouver confiance en leur alimentation, une partie grandissante des consommateurs se tourne vers des systèmes alternatifs de distribution, prenant davantage en compte les dimensions locale et humaine. C’est ainsi que depuis quelques années, les territoires français voient émerger un nombre croissant d’initiatives telles que la vente à la ferme, les marchés ou magasins de producteurs et plus récemment des drives fermiers.

De nombreuses actions syndicales ciblent les grandes enseignes, en alternance avec des tentatives de contractualisation à long terme avec la grande distribution, qui se révèlent rarement concluantes.

Prendre part à la distribution des produits agricoles : des enjeux partagés par la profession et bénéfiques pour les consommateurs

Afin de maîtriser au mieux le retour de la valeur ajoutée tout au long de la chaîne, les agriculteurs, collectivement, doivent s’impliquer davantage dans la distribution des produits. Une mission jusqu’à présent abandonnée à d’autres acteurs. C’est le défi de notre génération : JA doit prendre sa place et apporter la force de son réseau. C’est également un moyen de redorer l’image des agriculteurs auprès des consommateurs, mais aussi de relocaliser l’économie agricole pour conserver la valeur ajoutée sur nos territoires. Les enjeux sont réels pour les producteurs et pour les consommateurs :

Pour le monde agricole

  • Fédérer l’ensemble des acteurs du monde agricole autour d’un projet collectif ;
  • Redonner de la valeur ajoutée aux agriculteurs ;
  • Créer de nouvelles perspectives de commercialisation et assurer une visibilité économique notamment pour les jeunes qui s’installent ;
  • Mutualiser les moyens et les compétences pour un objectif commun.

Pour les consommateurs

  • Accéder à de nouveaux segments de distribution, davantage connectés à l’économie locale ;
  • Accéder à des produits de proximité pour retrouver une relation privilégiée avec les producteurs ;
  • Maîtriser davantage ses achats et retrouver confiance en son alimentation ;
  • Consommer des produits issus d’une agriculture responsable et respectueuse de l’environnement.

Des avancées concrètes : l’ambition d’un projet pilote en 2016

Coop de France et Jeunes Agriculteurs, avec le soutien du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, ont affiché la volonté de « passer à l’action » et d’entamer une démarche concrète. Depuis près de deux ans, JA construit ses réflexions avec ses partenaires historiques sur la possibilité de développer un réseau de distribution de produits agricoles, alternatif à la grande distribution, qui serait directement géré et maîtrisé par les producteurs. Cette étude, appelée « AgriDistrib », travaille sur un projet pilote en Rhône-Alpes pour 2016.