Territoires

chambre-agri-aveyron-opt

L’agriculture en montagne et dans les zones défavorisées représente un enjeu central : l’agriculture joue en montagne un rôle primordial par le maintien des traditions, de l’attractivité et du dynamisme de ces territoires. Elle est garante d’une biodiversité et de paysages spécifiques. Il est donc indispensable d’encourager et de valoriser l’agriculture afin d’éviter sa déprise dans ces zones dites « défavorisées » en soutenant ces systèmes de production.

Quelles sont les actions de notre syndicat au quotidien ?

Grâce à une forte mobilisation des Jeunes Agriculteurs, la montagne a su conserver toute sa place dans la PAC 2015- 2020, et nous veillerons à ce qu’elle la garde pour la prochaine programmation. Notre syndicat a défendu et obtenu une dotation de toutes les surfaces d’estives éligibles aux aides PAC.

Lorsque les principes fondateurs de l’ICHN (l’indemnité compensatoire de handicap naturel) ont été remis en cause par la Commission européenne en 2014,  Jeunes Agriculteurs s’est mobilisé pour que la France  maintienne le sens et la spécificité de l’ICHN.

Lors de la réforme de la carte des Zones Défavorisées Simples, s’appliquant au printemps 2019, Jeunes Agriculteurs s’est fortement mobilisé. De nombreuses zones d’élevage ont pu être préservées dans le zonage : elles représentent un véritable enjeu pour le maintien de l’activité agricole et sont souvent le dernier rempart contre l’enfrichement des terres. Nous avons plaidé pour une carte avec des critères lisibles, justes et qui traduisent la réalité du terrain.

Nous travaillons aujourd’hui à un accompagnement au plus près des territoires sortant du zonage : si l’Etat s’est engagé aujourd’hui dans des mesures permettant une sortie progressive, les filières doivent également prendre leurs responsabilités : l’accompagnement des communes sortantes / le développement des zones intermédiaires doit être l’occasion de travailler à la structuration des filières sur ces territoires.
La PAC a également un fort rôle à jouer : la mise en place de soutiens ciblés est un outil essentiel dans l’accompagnement des agriculteurs à construire des filières organisées et durables et non pas simplement comme un outil de maintien des productions en difficultés.

Les territoires de montagne sont également les plus impactés par la presence des prédateurs.

Alors que les dégâts du loup dépassent maintenant les 10 000 victimes annuelles, et avec un budget toujours plus important, un nouveau Plan Loup proposé par les Ministères de l’Agriculture et de l’Environnement, a été adopté pour la période 2018 – 2023. Malgré une mobilisation forte du reseau Jeunes Agriculteurs, celui-ci ne répond pas aux enjeux des territoires. Alors que le nombre de loups dépasse déjà l’objectif fixé à atteindre en 2023 par le plan (500), nous demandons une réouverture des discussions, pour garantir aux éleveurs une baisse significative des attaques dans les prochaines années.