Face au défi démographique, un rapport d’orientation centré sur l’installation

EO9FeG2XsAEdnKQ

Chaque année, Jeunes Agriculteurs travaille sur une thématique avec l’ensemble de son réseau pour formuler des propositions sur l’agriculture de demain. Ce travail de prospective permet d’élaborer des idées novatrices et audacieuses pour l’avenir.

 

Notre réseau a choisi cette année une réflexion prospective sur l’installation de demain dans son rapport d’orientation de 2020.

 

Il nous permettra d’avancer des pistes de travail pour encourager le renouvellement des générations en agriculture en renforçant la formation (initiale ou continue), en facilitant les transmissions et en rénovant les politiques d’installation.

 

Un contexte inquiétant qui explique ce nouveau thème

 

Le nombre d’installations ne compense actuellement pas le nombre de départs à la retraite. Environ un exploitant sur trois n’est pas remplacé. Le nombre prévisionnel de départs à la retraite dans les prochaines années est également alarmant. Plus de 215 000 exploitants auront arrêté leur activité en 2026, ce qui représente 45 % de la population agricole de 2016.

 

Depuis les années 2000, le nombre d’installations (moins de 40 ans) stagne autour des 9500 installés annuels. Concernant les installations aidées, seules 52 % des installations en 2018 bénéficient de la Dotation Jeune Agriculteur (DJA).

 

Être agriculteur ne s’envisage plus comme une carrière à vie. Les agriculteurs qui s’installent aujourd’hui ne seront pas agriculteurs jusqu’à leur retraite. Ces départs, encore mal quantifiés, augmenteront le nombre de transmission dans un avenir proche, sans que des mesures appropriées soient prises.

 

Plus de jeunes, plus de perspectives pour les territoires

 

Favoriser l’installation est au cœur de la vitalité économique de notre pays. Nous devons trouver des solutions pour qu’elle reste déterminante pour l’avenir de notre agriculture et de l’économie de notre pays.

 

Il est estimé que chaque agriculteur induit entre 4 à 5 emplois indirects. Cette baisse continuelle du nombre d’agriculteurs est amplifiée par ces emplois indirects qui y sont liés. Le départ d’un agriculteur est un fléau pour le tissu rural local, aussi bien économique que social.

 

Tournés vers l’avenir, nous choisissons de prendre les devants en prenant de front cette problématique. Les conclusions de ce rapport seront présentées en juin 2020 lors de notre congrès à La Baule.


Continuer la lecture...