S’engager

JDOK2

Jérémy DECERLEPrésident

Membre de la génération dite «Y», mais d’abord paysan, je suis engagé au service d’une organisation de jeunes qui représente la nouvelle génération d’agriculteurs. Et j’aimerais passer trois messages aux autres jeunes de ce pays à la veille du premier tour de l’élection présidentielle.

Le premier concerne justement l’agriculture et les agriculteurs. Il pourrait passer pour corporatiste, pourtant je suis convaincu qu’il ne l’est pas. Le métier que je suis fier de représenter fait partie des sujets oubliés, ou en tout cas bâclés, de cette campagne électorale.

Le secteur agricole, tout le monde en a entendu parler, traverse une crise profonde, longue et par beaucoup d’aspects désastreuse. Plus d’un tiers des agriculteurs ont gagné moins de 360 euros par mois en 2016. Mais c’est beaucoup plus que la vie des femmes et des hommes qui font l’agriculture qui est en jeu. Ce sont notre sécurité alimentaire à tous, la diversité et la qualité de ce que nous mangeons, le dynamisme économique de nos territoires, nos paysages, notre climat…

L’agriculture n’est pas un secteur d’activité comme un autre, c’est un des fondements de toute société, qui concerne tous les citoyens. Et qui a aujourd’hui besoin de perspectives, de stratégies, de caps. Il y aurait de quoi être écœuré, quand on voit une classe politique davantage occupée à gérer les crises internes de partis qu’à s’occuper de sujets aussi importants. La défiance vis-à-vis des responsables politiques, palpable dans la jeunesse urbaine, a largement gagné les campagnes ces dernières années, je le constate régulièrement en échangeant avec mes collègues paysans, céréaliers, éleveurs, viticulteurs, maraîchers, arboriculteurs…, que ce soit en métropole ou en outre-mer.

Les raisons d’être pessimiste sont nombreuses pour la génération qui a grandi dans les villes dans un contexte marqué par la crise économique, la hausse du chômage, les inquiétudes écologiques. Elles le sont aussi pour les jeunes des zones rurales, pour les producteurs agricoles qui, bien que passionnés, voient leur quotidien se dégrader et leur avenir devenir de moins en moins lisible. Et pourtant je ne suis pas résigné, et c’est la deuxième chose que je voudrais partager.

En cette période électorale, où l’attention médiatique se concentre sur onze candidats, j’aimerais aussi dire aux jeunes de notre pays que l’engagement – dans des associations ou des organisations – est essentiel pour bâtir notre avenir. C’est ce que j’ai voulu faire à 17 ans, lorsque j’ai rejoint le syndicat que je préside aujourd’hui et qui compte 50 000 adhérents.

Le syndicalisme est un mode d’expression démocratique, mais il en existe bien d’autres. Ces organisations permettent de construire des propositions, d’impulser des changements et d’établir un dialogue avec les décideurs. Avoir des idées, les débattre, les construire, les faire connaître et alerter les pouvoirs publics : c’est ce que nous faisons en tant que syndicalistes. Nous ne nous interdisons rien, nous affirmons ce que nous voulons ; les obstacles à nos idées peuvent être levés si nous parvenons à les faire partager au plus grand nombre. C’est un combat quotidien, exigeant mais stimulant, qui se mène toujours à plusieurs.

Notre force, nous la puisons dans nos raisons d’espérer: le nombre, qui ne se dément pas, de jeunes qui rêvent de devenir agriculteurs, les potentiels que nous savons immenses de nos agricultures, la solidité de notre modèle agricole. Quelle que soit l’issue des élections, en tant que syndicaliste, en tant que «corps intermédiaire» comme on dit parfois, il faudra que nous continuions d’exercer notre rôle d’intermédiaire avec le nouveau gouvernement et le nouveau parlement. J’espère trouver à ces hautes fonctions de l’Etat des individus ouverts, à l’écoute et suffisamment ancrés dans les réalités pour que le dialogue soit possible.

On peut ne pas être enthousiaste vis-à-vis de l’offre politique actuelle, mais quand même essayer de démêler le vrai du faux dans les discours, les rencontres, sans se laisser endormir par les promesses, c’est indispensable. On peut essayer de voir avec qui on s’imagine travailler ou pas, qui exprime des idées cohérentes (qu’on les partage ou non) ou pas, qui tient à peu près la route et qui raconte n’importe quoi. Impossible par exemple de ne pas rester bouche bée quand on entend les nombreuses remises en cause de l’Europe, une échappatoire facile pour beaucoup de démagogues. Parce que l’agriculture française s’est reconstruite justement grâce à l’Europe après la guerre et qu’elle aura encore besoin de l’Europe, avec plus d’harmonisation entre les Etats membres et de stratégie commune, pour se reconstruire demain.

Le monde entier est en train de nous regarder. Ce dimanche et dans quinze jours, nous avons tous rendez-vous dans les bureaux de vote. Nous avons tous rendez-vous avec notre avenir, celui des jeunes urbains et des jeunes ruraux, celui de la France et aussi celui de nos voisins. Nous devons prendre nos responsabilités.

En tant que jeune syndicaliste représentatif d’une profession, et c’est mon dernier message, j’appelle tous les jeunes de France à aller aux urnes. Que la campagne électorale ait été difficile, troublée, entachée, souvent pauvre en sens, démotivante, ne justifie pas que les 18-35 ans, qui représentent un électorat conséquent de quatre millions de personnes en France, se laissent tenter par l’abstention et restent chez eux. Allez voter, et pas sous le coup d’une colère qui serait suivie d’une terrible sanction pour notre pays comme pour nous-mêmes, mais bien pour laisser une chance à notre engagement, le seul qui fera bouger les choses, d’être entendu et écouté


Continuer la lecture...